Cartier : La Panthère, plus qu’un bijou, un mythe

C’est une nouvelle collection dont on admire déjà certaines pièces dans la boutique Cartier de Luxembourg. Son thème ? La Panthère, et 56 modèles d’exception pour un véritable mythe, symbole et incarnation du savoir-faire Cartier.

Une Panthère qui fête cette année ces 100 ans avec une collection à son nom. C’est en 1914 que le félin fait son apparition chez Cartier avec un motif « taches » sur une montre-bracelet. Un pavage noir et blanc, abstraction inspirée de la nature, en onyx et diamants, qui va inaugurer le mouchetage en joaillerie et préfigurer les contrastes du style Art déco à venir.

Depuis, la panthère n’a cessé de renouveler ses formes pour toujours mieux incarner la modernité et l’inventivité en matière de haute joaillerie.

Derrière le fascinant développement du félin, Jeanne Toussaint, collaboratrice et muse de Louis Cartier, directrice de la création de la haute joaillerie de Cartier en 1933, dont le talent créatif ne cessera de servir de source d’inspiration pour donner à la panthère de nouveaux destins, comme, quelques décennies plus tard, celui de se décliner en différents modèles parmi les bijoux de la duchesse de Windsor ou de l’héritière Barbara Hutton.

Aujourd’hui, la panthère s’offre en trois dimensions, figurative, graphique ou joueuse… Parfaitement étudiée et saisie dans toutes ses attitudes… Avec son pavage toujours aussi fascinant.

Un serti à taches dit « poil » dont Cartier maîtrise le secret de fabrication, particulièrement adapté au thème de la panthère puisque la pierre est encerclée de minuscules fils d’or rabattus sur la pierre afin de reproduire l’effet du pelage de l’animal. Un pavage fait d’onyx ou de saphirs suivants les modèles.

Sculpture, fonte, mise en pierres, sertissage, montage de l’animal articulé, les différentes opérations qui composent les pièces que l’on vous présente ici demandent plus d’une année de travail pour certaines d’entre elles.

Un travail d’artiste qui, si on ne peut se l’offrir s’admire, tout simplement.




Commentaires fermes.