Alexis Mabille crée pour de vraies femmes

Alexis Mabille aime les femmes et cela se voit. C’est d’ailleurs pour ces femmes qu’il aime et qui lui servent de source d’inspiration constante qu’il a dessiné pour l’automne-hiver prochain des robes de princesse dans lesquelles quinze d’entre elles prennent la pose. Une collection haute couture immortalisée dans un ouvrage baptisé “Portraits de femmes” qu’Alexis Mabille sort en parallèle pour célébrer les dix ans de sa griffe. Et pour fixer sur papier ces beautés intemporelles, les photographies de Matthew Brookes.


De la création pure et sur mesure, comme le couturier le précise lui-même : chaque vêtement est travaillé en fonction de la personnalité de la femme pour qui il est fait, “pour mettre en exergue son éclat, son intensité et son immuable féminité”.


La célèbre effeuilleuse Dita Von Teese ouvre le bal de ces créations avec un fourreau de jersey et satin duchesse couleur émeraude qui la met parfaitement en valeur.


C’est une grande dame de la danse, Leslie Caron, qui a inspiré cet ensemble chemisier de satin blanc et pantalon de smoking taille haute à baguette de vinyle.


L’actrice Bérénice Béjo, quant à elle, porte avec délicatesse ce long fourreau de dentelle incrustée et peinte à la main, tandis que celui de la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot se pare de franges de perles de rocaille en dégradé cristal, hématite et noir.


Les fourreaux bustiers restent les modèles préférés du créateur, comme en témoignent ceux dessinés pour les mannequins Audrey Marnay, Yumi Lambert ou Julia Frauche…


Le smoking se décline lui aussi en robe aux multiples interprétations, comme celles de Michelle Alves ou la créatrice de chaussures Inga Savits.


En rose pâle pour le top Manuela Frey, côté matière, le crêpe a eu les préférences d’Alexis Mabille en corail pour Diana Gartner, ainsi que le tulle version mille-feuille pour la robe carrée de sa consoeur Morgane Dubled.

Mille-feuille encore de crêpe et de gazar pétale pour l’artiste Marie Beltrami.

Et taffetas changeant bleu nuit pour la peintre et ancien mannequin Mounia Orosemane.


On aime le grand jupon à volants d’organza incrusté de dentelle rebrodée et ces bandes de boutis de velours de soie kaki sur la musicienne Olivia Merilahti.


Une belle démonstration du credo d’Alexis Mabille : la fusion entre son style, ses codes et le charisme de la femme qui habite son vêtement, quand la robe et la femme ne font plus qu’une…

Images © Matthew Brookes




Commentaires fermes.